Les jardins

La gloriette

Ô le calme jardin d’été où rien ne bouge ! Sinon là-bas, vers le milieu De l’étang clair et radieux,
Pareils à des langues de feu, Des poissons rouges.

Emile Verhaeren